Cancer du sein

cancer du sein

Définition et anatomie

Le sein ou glande mammaire est composé d’une vingtaine de compartiments, séparés par des tissus graisseux, contenant les lobules qui produisent le lait en période d’allaitement. Des canaux transportent le lait vers les mamelons.

De nombreux vaisseaux sanguins et lymphatiques parcourent le sein. Le système lymphatique est constitué de vaisseaux et de ganglions qui sont situés au niveau de l’aisselle, au dessus et sous la clavicule, dans le thorax et le long du sternum.

 

 

Quelques chiffres sur le cancer du sein

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme, avec près de 53 000 nouveaux cas par an en France. Il reste la 1ère cause de décès par cancer chez la femme, avec plus de 11 500 décès par an.

 

Les facteurs de risque d’un cancer du sein

Le cancer du sein est une maladie multifactorielle. Cela signifie que plusieurs facteurs influent sur le risque de survenue. On parle de facteurs de risque.

On connaît un certain nombre de facteurs de risque du cancer du sein même s’il existe encore aujourd’hui des incertitudes quant à l’implication et au poids de plusieurs de ces facteurs.

Une personne qui possède un ou plusieurs facteurs de risque peut ne jamais développer de cancer.
Inversement, il est possible qu’une personne n’ayant aucun facteur de risque soit atteinte de ce cancer.

Outre le sexe (plus de 99% des cancers touchent les femmes), les 4 principaux facteurs de risque sont :

  • L’âge
  • Les antécédents personnels de cancer du sein
  • Les antécédents familiaux de cancer du sein
  • Les prédispositions génétiques au cancer du sein

Pour en savoir plus : http://www.e-cancer.fr/cancerinfo/les-cancers/cancer-du-sein/les-facteurs-de-risque

Comment découvre-t-on un cancer du sein le plus souvent?

Le cancer du sein peut être découvert de 2 façons :

  • Soit par mammographie avant tout signe clinique, chez une femme en bonne santé apparente et ne présentant aucun symptôme. C’est l’intérêt du dépistage de détecter précocement un cancer du sein qui aura plus de chance de guérir.
  • Soit par la présence de signes physiques : la découverte d’une « boule » dans le sein, de ganglions dans l’aisselle, d’une modification de l’aspect ou de la peau en regard du sein doivent vous faire consulter rapidement votre médecin ou votre gynécologue. Ces signes ne signifient pas obligatoirement qu’il s’agit d’un cancer du sein.

Le diagnostic

Pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un cancer du sein lorsque le radiologue a confirmé une image suspecte à la mammographie, il faut effectuer un prélèvement au niveau du sein (micro-biopsie, macro-biopsie ou cytoponction).

Classification des cancers

Il n’existe pas un cancer du sein mais des cancers du sein. Une classification par la détermination du stade dit « TNM » du cancer est importante pour effectuer une prise en charge et des traitements adaptés. Ce stade dépend de la taille de la tumeur (T), de la dissémination des cellules cancéreuses, de l’atteinte des ganglions (N) et de la présence de métastases à distance (M).

Pour en savoir plus : http://www.e-cancer.fr/cancerinfo/les-cancers/cancer-du-sein/stades-et-grades

Symptômes du cancer du sein

Dans ses premiers stades, le cancer du sein peut ne causer aucun symptôme. Dans de nombreux cas, une tumeur peut être trop petite pour être ressentie ; l’anomalie peut toutefois être observée sur une mammographie. En cas de tumeur, le premier signe est généralement une nouvelle « masse » dans le sein qui n’était pas là avant. Attention cependant : toutes les masses ne sont pas des cancers.

Chaque type de cancer du sein peut causer une variété de symptômes. Plusieurs de ces symptômes sont semblables, mais certains peuvent être différents. Les symptômes des cancers du sein les plus courants comprennent :

  • Masse mammaire ou un épaississement des tissus qui semble différent de celui des tissus environnants et qui s’est développé récemment
  • Douleur mammaire
  • Peau rouge et piquée sur toute la poitrine
  • Enflure de tout ou partie de vos seins
  • Ecoulement du mamelon autre que le lait maternel
  • Ecoulement sanguinolent de votre mamelon
  • Ecaillage, desquamation ou desquamation de la peau du mamelon ou du sein
  • Changement soudain et inexpliqué de la forme ou de la taille de votre sein
  • Mamelon inversé
  • Changements de l’apparence de la peau de vos seins
  • Bosse ou un gonflement sous le bras

Si vous présentez l’un de ces symptômes, cela ne signifie pas nécessairement que vous avez un cancer du sein. Par exemple, la douleur dans votre sein ou une masse de sein peut être causée par un kyste du sein. Néanmoins, si vous trouvez une bosse dans votre sein ou si vous présentez d’autres symptômes, vous devriez consulter votre médecin pour un examen et des tests plus poussés.

Les principaux traitements du cancer du sein

Différents traitements peuvent être utilisés pour traiter un cancer du sein seul ou en association: la chirurgie, la radiothérapie, l’hormonothérapie, la chimiothérapie et les thérapies ciblées.

Le choix du traitement dépend des caractéristiques suivantes :

  • du type de cancer
  • du stade au moment du diagnostic
  • du grade
  • du statut des récepteurs hormonaux ou de HER2
  • des éventuelles contre-indications de certains traitements
  • de votre état de santé général
  • de vos préférences

Pour commencer, votre médecin déterminera la taille, le stade et le grade de votre cancer (la probabilité qu’il se développe et se propage). Après cela, vous pourrez discuter de vos options de traitement. La chirurgie est le traitement le plus courant du cancer du sein. En plus de la chirurgie, la plupart des femmes ont un traitement complémentaire, comme la chimiothérapie, la radiothérapie ou l’hormonothérapie.

Chirurgie

Plusieurs types de chirurgie peuvent être pratiquées pour guérir le cancer du sein, y compris :

Lumpectomie

Cette opération n’enlève que la tache suspecte ou cancéreuse, laissant la plupart des tissus environnants en place.

Mastectomie

Dans cette opération, un chirurgien enlève un sein entier. Dans une double mastectomie, les deux seins sont enlevés.

Biopsie du ganglion sentinelle

Cette chirurgie consiste à enlever certains ganglions lymphatiques qui sont drainés de la tumeur. Ces ganglions lymphatiques seront testés. S’ils n’ont pas de cellule cancéreuse, vous n’aurez peut-être pas besoin d’autres interventions chirurgicales pour enlever la lymphe.

Dissection des ganglions lymphatiques axillaires

Si les ganglions lymphatiques prélevés au cours d’une biopsie des ganglions sentinelles sont positifs, votre médecin peut effectuer cette procédure pour enlever des ganglions lymphatiques supplémentaires.

Mastectomie prophylactique controlatérale

Même si le cancer du sein peut être présent dans un seul sein, certaines femmes choisissent de subir une mastectomie prophylactique controlatérale. Cette intervention chirurgicale consiste à retirer votre sein sain pour réduire votre risque de développer à nouveau un cancer du sein.

Radiothérapie

En radiothérapie, on utilise des faisceaux de rayonnement de grande puissance pour cibler et tuer les cellules cancéreuses. La plupart des traitements de radiothérapie utilisent un faisceau de rayonnement externe. Cette technique utilise une grosse machine à l’extérieur du corps.
Les progrès dans le traitement du cancer ont également permis aux médecins d’irradier le cancer de l’intérieur du corps. Ce type de radiothérapie est appelé curiethérapie. Pour effectuer la curiethérapie, les chirurgiens placent des graines radioactives, ou granules, à l’intérieur du corps, près du site tumoral. Les graines restent là pendant une courte période de temps et travaillent à réduire les cellules cancéreuses.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement médicamenteux utilisé pour détruire les cellules cancéreuses. Certaines personnes peuvent subir une chimiothérapie seule, mais ce type de traitement est souvent utilisé avec d’autres traitements, en particulier la chirurgie.

Dans certains cas, les médecins préfèrent administrer une chimiothérapie avant la chirurgie. L’espoir est que le traitement réduira la tumeur et que la chirurgie n’aura pas besoin d’être aussi invasive. La chimiothérapie a de nombreux effets secondaires indésirables, alors discutez de vos préoccupations avec votre médecin avant de commencer le traitement.

Hormonothérapie

Si votre type de cancer du sein est sensible aux hormones, votre médecin pourrait vous prescrire un traitement hormonal. Les œstrogènes et la progestérone, deux hormones féminines, peuvent stimuler la croissance des tumeurs du cancer du sein. L’hormonothérapie agit en bloquant la production de ces hormones par votre corps. Cette action peut aider à ralentir et peut-être arrêter la croissance de votre cancer.

Médicaments

Certains médicaments sont conçus pour attaquer des anomalies ou des mutations spécifiques au sein des cellules cancéreuses. Par exemple, Herceptin (trastuzumab) peut bloquer la production de la protéine HER2 par votre corps. Cette protéine favorise la croissance des cellules cancéreuses du sein, de sorte que la prise d’un médicament pour ralentir la production de cette protéine peut aider à ralentir la croissance du cancer.

Pour en savoir plus : http://www.e-cancer.fr/cancerinfo/les-cancers/cancer-du-sein/traitements-possibles

Le dépistage du cancer du sein

Les cliniciens ont observé que la détection d’un cancer à un stade précoce leur permettait de réaliser le plus souvent un traitement curatif et les a amenés à détecter des lésions avant même que des signes cliniques n’apparaissent. Cette détection précoce d’une tumeur permettrait de traiter avec encore plus de chance de guérison. C’est ce qu’on appelle le dépistage.

  • Le dépistage est la réalisation systématique tous les deux ans d’une mammographie (parfois appelé test de dépistage) dans une population de femmes « apparemment en bonne santé » (et sans signe clinique). Il vise à rechercher les anomalies radiologiques évocatrices d’un cancer du sein. Le dépistage consiste donc à identifier par, la mammographie, et dans une population définie, les femmes susceptibles d’être atteintes d’un cancer du sein à un stade précoce ou d’une lésion précancéreuse n’ayant pas donné lieu, jusque là à des signes cliniques et à un traitement. Les femmes dont la mammographie est dite anormale doivent nécessairement bénéficier d’examens complémentaires pour compléter le diagnostic et éventuellement d’un prélèvement.

Quelle que soit la méthode utilisée, le succès d’un dépistage précoce dans la population repose essentiellement sur une planification rigoureuse et un programme bien organisé et durable qui vise le bon groupe de population et veille à la coordination, à la continuité et à la qualité des interventions pendant toute la durée des soins.

Le dépistage peut-être individuel à la demande de la patiente ou de son médecin ou organisé. Nous allons dans le chapitre ci-dessous décrire le dépistage organisé.

Le dépistage organisé en pratique

Le dépistage du cancer du sein, organisé par le ministère de la santé, l’Institut national du cancer et l’Assurance maladie, est généralisé sur l’ensemble du territoire français depuis 2004. Il concerne les femmes âgées de 50 à 74 ans, invitées à se faire dépister tous les deux ans (mammographie avec double lecture et examen clinique des seins), sans avance de frais. Il repose sur un cahier des charges publiées au journal officiel et est géré dans chaque département par une structure dite structure de gestion.

Tous les deux ans, chaque structure de gestion envoie une invitation à réaliser la mammographie de dépistage à chaque femme de 50 à 74 ans habitant dans ce département.

Pour connaître les modalités pratiques du dépistage dans votre département, cliquez sur votre département.

Le dépistage individuel

Certaines femmes présentant des antécédents familiaux ou personnels de cancer du sein ou un risque génétique font l’objet d’un dépistage individuel à une fréquence annuelle. C’est-à-dire que la mammographie est prescrite à l’initiative de leur médecin. Certaines de ces femmes sont exclues du dépistage organisé du cancer du sein.

Le risque du cancer du sein augmente avec l’âge et l’efficacité du dépistage organisé du cancer du sein en termes de réduction de la mortalité a été démontrée chez les femmes âgées de 50 à 74 ans. Cela ne signifie pas que la mammographie de dépistage ne soit jamais indiquée avant 50 ans; ni d’ailleurs qu’un suivi au-delà de 74 ans soit inutile. Mais avant 50 ans, et après 74 ans, l’intérêt et les modalités de surveillance sont à étudier individuellement avec le médecin traitant ou le gynécologue. On parle alors de dépistage individuel.

Précisons en outre qu’avant 50 ans, le dépistage nécessiterait d’autres modalités que la mammographie, souvent moins performante chez les femmes jeunes dont les seins sont plus denses.

Auto-examen des seins (AES)

Il n’existe pas de preuve de l’effet du dépistage par l’auto examen des seins (AES). Toutefois, on a pu constater que la pratique de l’auto-examen, ou palpation des seins permet aux femmes de se responsabiliser et de prendre en charge leur propre santé. Par conséquent, l’auto-examen est recommandé pour sensibiliser les femmes à risque plutôt que comme une méthode de dépistage.

Questions/Réponses sur le cancer du sein

Quelle vigilance doit-on avoir par rapport à sa famille ? Quand s’inquiéter ?
On estime que 5 à 10% des cas de cancers du sein et de l’ovaire sont liés à l’existence d’une prédisposition génétique. Les situations suspectes de l’existence d’une prédisposition sont identifiées par les médecins au cours du recueil des antécédents familiaux. Ces derniers vont pouvoir proposer à leur patiente ayant une histoire personnelle ou familiale particulière une consultation spécialisée d’oncogénétique.
Je suis issue d’une famille avec au moins 3 cancers du sein (ma mère, ma sœur, ma tante), que dois-je faire ?
Dans ce cas, vous faites partie d’une famille à haut risque de cancer du sein et vous devez bénéficier d’un contrôle annuel en dehors du dépistage organisé et éventuellement d’une consultation d’oncogénétique à la recherche d’une mutation du gène BRCA1 ou BRCA2. Cette consultation vous orientera, dans ce cas, vers un dépistage individuel avec une IRM. Parlez-en à votre gynécologue ou à votre médecin traitant.
Alimentation riche en graisses : le risque existe-t-il seulement quand on est obèse ? Existe-t-il d’autres facteurs : alcool, tabac, stress ?
Certains facteurs représentent pour les femmes un risque de développer un cancer du sein. Rappelons néanmoins qu’une grande majorité de cancers du sein surviennent chez des femmes ne présentant pas ou peu de facteurs de risques.
La chimiothérapie est-elle obligatoire ?
Il existe différents types de traitements du cancer utilisés seuls ou associés entre eux : la chimiothérapie, la chirurgie, la radiothérapie, l’hormonothérapie et l’immunothérapie. Le traitement du cancer du sein est adapté en fonction de chaque situation : chaque cancer est particulier et nécessite une prise en charge appropriée. Bien que très fréquemment utilisée dans le traitement de cette pathologie, la chimiothérapie n’est cependant pas obligatoire. La décision du traitement est prise par un groupe de plusieurs médecins de disciplines différentes et le mode de traitement dépend du type de cancer, de sa taille, de son grade et de plusieurs autres facteurs.
Quelles sont les limites ou les risque du dépistage du cancer du sein ?
Certains cancers du sein dépistés par la mammographie sont susceptibles de ne pas évoluer. Cependant, il est actuellement impossible de le savoir lors du diagnostic. Ils font donc l’objet d’un traitement. Des chercheurs travaillent actuellement à identifier des marqueurs d’agressivité. Ils permettront, à terme, de repérer parmi ces cancers ceux susceptibles d’être peu évolutifs, pour proposer une stratégie de prise en charge plus adaptée.
La mammographie est elle dangereuse pour mes seins ?
Les cancers radio-induits sont la conséquence de l’irradiation reçue au cours d’examens ou de traitements utilisant des rayons. Les progrès technologiques permettent d’user des doses d’exposition de plus en plus faible au regard des bénéfices escomptés du dépistage. Il semblerait que les femmes porteuses d’une mutation génétique (type BRCA1 et BRCA2) sont plus sensibles aux rayons.
Pourquoi faut-il apporter ses anciennes mammographies ?
Ces documents permettent au radiologue de comparer et de suivre l’évolution des images et d’éviter des clichés supplémentaires inutiles.
La mammographie est-elle douloureuse, qu’est ce qui peut gêner sa réalisation ?
La mammographie est une radiographie qui nécessite d’effectuer une pression sur le sein afin d’obtenir des images de qualité. Cela peut être désagréable mais cela dure peu de temps.
J’ai peur que l’on me trouve un cancer...
On ne détecte un cancer du sein que chez environ 3 à 5 femmes dépistées sur 1000. La probabilité d’être atteinte est donc relativement faible et il ne faut pas se tromper d’ennemi. Par ailleurs, un cancer diagnostiqué précocement permet des traitements plus légers et augmente considérablement les chances de guérison.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*