Le cancer du sein : un fléau toujours bien présent, en dépit de l’amélioration du traitement

Cancer du sein

Le cancer du sein est malheureusement une pathologie très prégnante en France. Les chiffres y sont inquiétants. Jugez plutôt : une femme sur 8 serait touchée par le cancer du sein en France ; le cancer du sein représente, avec 36,7 % en 2008, plus d’un tiers des nouveaux cas de cancer détectés chez la femme ; avec +2,4 cas pour 100 000 femmes par an, la France est l’un des pays où le taux d’incidence du cancer du sein a grimpé le plus vite pendant la période s’étalant de 1980 à 2005 (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cancer_du_sein).

Le cancer du sein est donc une maladie fort répandue. Malgré une augmentation de la survie de 80 à 87 % dans les années 2000, la fréquence élevée de ce type de cancer en fait toujours la première cause de mortalité par cancer chez la femme.

Pour cela, il est toujours bon de rappeler quelques faits essentiels sur ce fléau.

Qu’est-ce que le cancer du sein ?

Le cancer du sein est une tumeur maligne de la glande mammaire. Elle peut se développer dans diverses régions du sein, en se limitant à un canal ou un lobule (cancer in situ), ou s’étendre à des tissus environnants (cancer infiltrant).

Du fait de sa fréquence élevée, la généralisation du dépistage a permis de sensiblement en réduire la mortalité. Rappelons qu’il est capital de détecter le cancer du sein le plus rapidement possible : comme n’importe quel cancer, plus le diagnostic est précoce, plus les chances de guérison augmentent.

L’origine de l’apparition du cancer du sein est très souvent inconnue. On estime que 5 à 10 % des cas proviennent de l’hérédité, tandis que 85 à 90 % des cancers du sein ont des origines inconnues ou environnementales. Le principal facteur de risque est l’âge : 80 % des cancers du sein se déclenchent après 50 ans, moins de 10 % avant 40 ans, et très peu avant 30 ans.

Les autres facteurs aggravants sont les antécédents familiaux (notamment une mère ou une sœur déjà touchée), ainsi qu’une exposition aux œstrogènes, et potentiellement une surcharge pondérale, ou l’excès d’alcool.

cancer du sein : traitement

Le cancer du sein au quotidien

Comme tout cancer, le cancer du sein est une maladie difficile à vivre. Physiquement, elle peut entraîner une chute de cheveux en cas de chimiothérapie, et parfois un lymphœdème, appelé également « syndrome du gros bras ». Le traitement du cancer du sein peut s’accompagner de nombreuses douleurs physiques (suite notamment à une mastectomie), mais également d’une détresse psychologique.

Pour mieux vivre son cancer, il est conseillé de pratiquer une activité sportive, de dédiaboliser la maladie, d’en parler dans des groupes de soutien, et de ne surtout pas cacher et mentir sur la situation à ses proches, amis ou collègues.

Comment traiter le cancer du sein ?

Les différents traitements du cancer du sein sont la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

La chirurgie consiste à physiquement retirer la tumeur. Dans les cas extrêmes, l’ablation totale du sein peut être nécessaire, mais les chirurgiens tentent, dans la mesure du possible, d’éviter le recours à la mastectomie.

La chimiothérapie s’effectue en complément de la chirurgie. Elle permet de s’attaquer aux cellules cancéreuses ; elle peut débuter avant même l’opération, pour diminuer la tumeur, et augmenter les chances de réussite chirurgicale.

La radiothérapie consiste à détruire les cellules cancéreuses à l’aide de rayons. Elle s’effectue après la chirurgie pour éliminer les derniers vestiges du cancer, et fait baisser le taux de récidive de 30 (sans radiothérapie) à 10 %. Le développement de la 3D a permis une grande avancée dans la radiothérapie.

L’engagement de Roche

La fréquence et l’impact du cancer du sein en font une des principales maladies chroniques, que l’on ne peut ignorer. Roche, une des plus grandes entreprises mondiales dans le domaine pharmaceutique, a mis un point d’honneur à développer des traitements, et aider à l’accompagnement des femmes victimes du cancer du sein. Pour cela, l’engagement de Roche passe notamment par deux leviers très puissants :

  • L’investissement en recherche et développement : couplé à la systématisation du diagnostic, il permet de faire reculer la maladie et sa mortalité. En 2017, Roche dédiait ainsi 73 millions d’euros à la recherche et développement sur le seul territoire français.
  • L’accompagnement des patients : outre les nombreuses innovations technologiques, techniques et médicales pour soigner et soulager les patients, Roche met à leur disposition plusieurs supports pour faciliter leur information, et la communication entre les victimes de maladie chronique.

Pour finir

En résumé, si la recherche et les traitements ont permis de limiter l’impact mortifère du cancer du sein, il reste malheureusement une maladie trop présente. Comme tout cancer, il rend la vie quotidienne bien plus difficile, notamment sur le plan psychologique. Si vous êtes touchée, n’hésitez pas à partager votre ressenti et votre expérience sur des supports communautaires : cela vous aidera grandement à vivre avec votre maladie.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*